Rechercher sur l'ensemble du site

Service
d'Aide à
l'accès à
la lecture et à
l'enseignement
sur Madagascar

Projets > > Les lucioles de l'école

Pour permettre aux enfants de faire leur devoir et de lire leurs leçons le soir dans de meilleures conditions, le projet "Les lucioles de l’École" développé par SAALEM consiste à prêter des lampes autonomes rechargeables aux élèves, qu’ils doivent rapporter le lendemain matin pour les recharger grâce aux stations solaires de recharge collective installées dans l’École.

En effet, à Madagascar, le taux d’accès à l’électricité est de 15%, inchangé depuis 2012*. Autrement dit, 85% des Malgaches n'ont aucune possibilité technique de raccordement au réseau.

 

Sur l'île, l’électricité est produite à 50% par des installations thermiques qui utilisent des ressources non renouvelables (gasoil ou fioul lourd). Conséquences : des coûts d’exploitation élevés, soumis aux fluctuations des marchés internationaux, et l'émission d'importantes quantités de gaz à effet de serre.

  

Pour ceux qui ont l’opportunité de se connecter au réseau électrique, tout n’est pas rose pour autant : il y a d’abord les délestages fréquents, qui plongent des pans entiers des villes dans l’obscurité lorsque la production est insuffisante ou pendant les pics de consommation. Mais il y a surtout le coût du kWh et des ampoules, représentant une charge insoutenable pour une population qui vit souvent avec moins de 1,80€/jour…

De nombreuses familles s’éclairent donc à la bougie et à la lampe à pétrole ou à huile, avec des risques élevés d’émissions de composés organiques toxiques et d’incendie.

Mais cela aussi a un coût, et les foyers les plus vulnérables ne peuvent pas toujours l’assumer.

Rappelons qu’à Madagascar, le soleil se couche vers 17h45, soit approximativement à l’heure de sortie des écoles, et que sans lumière, les élèves ne peuvent pas faire leurs devoirs et risquent rapidement le décrochage scolaire…

* Ministère de l’Énergie de Madagascar, in Le Monde, 2019